Bloempot, cantine flamande

Maxime Colin, une cuisine d'exception en Belgique !

Croque François - Restaurant à Lille
Maxime Colin, une cuisine d'exception en Belgique !

Restaurant Maxime Colin Chemin des curés, 1 1950 Crainhem Site Internet / Page Facebook

Il est vrai que je ne suis pas très difficile en cuisine, à partir du moment où les plats sont plus relevés que mes pâtes à l’eau, tout me va ! En revanche, lorsque je tombe sur un bon restaurant, je reconnais toute suite la différence entre cuisine et Cuisine. Chez Maxime Colin cette particularité prend tout son sens. Situé non loin de Bruxelles dans une ville nommée Kraineem, la bâtisse du restaurant se niche dans l’ancien prieuré du parc Jourdain. L’endroit fût également une brasserie, l’Oude pastorie, tenue par Gaëtan Colin, le frère de Maxime. La vue est magnifique, c’est champêtre, accueillant, vivant, telle une petite maison de campagne - en un peu plus raffinée ! L’intérieur est moderne, décoré avec goût et surtout avec soin, L’accueil est tout de suite très engageant, les serveurs sont avenants, souriants et d’un naturel que j’aime beaucoup. Une fois installés à notre table, le Chef, Maxime Colin, vient d’emblée nous rendre une petite visite ! Il nous souhaite la Bienvenue et nous parle de sa carte. L’ancien second de la Villa Lorraine est plutôt jeune, discret mais à tout des plus grands en matière de cuisine. Il a été élu Jeune Chef de l’Année 2016 par Gault & Millau, ce qui semble amplement mérité une fois la cuisine goûtée !

restaurant-maxime-colin-belgique-kraainem-crokmou-blog-culinaire-01
restaurant-maxime-colin-belgique-kraainem-crokmou-blog-culinaire-02
restaurant-maxime-colin-belgique-kraainem-crokmou-blog-culinaire-15
restaurant-maxime-colin-belgique-kraainem-crokmou-blog-culinaire-05

La carte par Maxime Colin

La carte est simple, elle change au grès des arrivages et des saisons. Elle se compose de cette manière : il y a 3 entrées (2 froides/1 chaude) proposées, 2 plats (1 viande et 1 poisson), le fromage et le dessert. Différentes formules sont alors proposées : 3, 5, 6 services, avec ou sans vins à vous de choisir. Les plats sont élaborés avec des produits frais et travaillés avec soin. Cela se ressent dès la première bouchée de cet amuse bouche

“Crème brûlée de foie gras, pomme Granny Smith”

Une texture terriblement fondante et craquante à la fois, un goût de foie gras juste ce qu’il faut, rien d’écœurant, une touche de fraîcheur avec la pomme, un joli mariage !

restaurant-maxime-colin-belgique-kraainem-crokmou-blog-culinaire-06
restaurant-maxime-colin-belgique-kraainem-crokmou-blog-culinaire-07
restaurant-maxime-colin-belgique-kraainem-crokmou-blog-culinaire-08
Les entrées avaient toutes l’air terriblement alléchantes, c’est pourquoi avec mon Hom, nous nous sommes décidés à partager afin de goûter un peu à tout.

“Thon Albacore Saku, caviar Baeri, concombre, edamame, crème crue, algues hijiki” “Foie gras de canard poché, girolles, graines de sarrasin, bouillon dashi tomaté” “Crème froide de cèpes, lomo ibérique, châtaigne, écume de lait au gingembre”

Un dressage sans fausses notes ! Le thon est fondant et les assaisonnements lui donne toute sa saveur. Une première entrée fraîche, parfaite pour le temps qu’il faisait à ce moment là. Le foie gras de canard, je ne suis pas une grande fan, et croyez moi je l’ai regretté ce jour là… L’assiette était destinée à ma moitié mais j’y ai quand même goûté - on sait jamais -.

J’ai eu ma plus belle révélation ! Ce bouillon dashi te fait oublier tout ce que tu as pu découvrir jusqu’à présent. 

Sans mentir, c’est vrai de vrai, il était, grandiose, c’est le mot ! Des notes de yuzu, de kalamansi et tellement d’autres choses, un condensé de saveurs qui te donne envie de crier au chef “Est-ce possible d’avoir la fin de la saucière ?”.

C’est à ce moment là que j’ai compris ce qui faisait la différence entre un plat et un bon plat.

restaurant-maxime-colin-belgique-kraainem-crokmou-blog-culinaire-09
restaurant-maxime-colin-belgique-kraainem-crokmou-blog-culinaire-10 Le plat chaud était également un ravissement pour les papilles ! J’ai longtemps hésité entre la viande ou le poisson, et j’ai été conquise avec la deuxième option. Du craquant, du fondant, du moelleux, des saveurs. C’est relevé, la cuisson est juste comme il faut, cette petite croûte de pain rend le tout extrêmement gourmand !

“Omble chevalier du Lac Leman, croûte de pain Poilâne, écrevisses pâtes rouges, purée à la Robuchon, jeunes poireaux, vierge aux agrumes”

Et pour clôturer ce repas, un dessert de notre enfance quelque peu revisité. De nouveau c’est léger, savoureux, une belle note de fraîcheur.

“Oeuf à la neige, mangue, fruit de la passion, coco, citron vert, vanille givrée de Madagascar”

Je suis ressortie de ce restaurant totalement conquise ! De part la cuisine, le chef, le lieu, un tout qui fait de ce déjeuner un moment de détente et de découverte. Une adresse qui, j’en suis certaine, ne tardera pas à devenir particulièrement sollicité !

// Article rédigé suite à une invitation de la part du restaurant //

Tags :
  • Belge
  • Belgique
  • Gastronomique
Groupcommentsfacebookg+instagrampinteresttwitteryoutube